Tiken Jah Fakoly: "l'Afrique est un continent merveilleux, où il y a de la place"

Tiken Jah Fakoly est un artiste que l’on ne présente. Lors d’un entretien qu’il a accordé au journal Le Point Afrique en marge du festival de Musique qui vient de se dérouler à Essaouira au Maroc, l’artiste activiste n’a pas mâché ses mots comme à l’accoutumé.

« ll faut éveiller les populations pour qu’elles réclament des lois dans leur pays, mais aussi leurs droits sur le plan international. L’Afrique avance, mais encore à un rythme très lent. Il faut accélérer les choses et être en phase avec son temps », répond l’artiste originire de la Côte d’Ivoire, lorsqu’on lui demande de commenter l’actualité du continent. « Je n’ai pas cessé de critiquer ce que je trouve absurde ou inconcevable même sous Ouattara. Je suis pour la liberté de penser. La critique doit être constructive » affirme le Bob Marley africain quand on lui fait remarque selon laquelle il aurait changé de ton.

A propos des milliers de jeunes qui risquent leur vie pour traverser la Méditerannée, Tiken Jah Fakoly conseille: « L’Afrique est le continent de l’avenir, et tout reste à faire. C’est très regrettable que ces jeunes décident de quitter leur maison pour un ailleurs qu’ils pensent prometteur. S’ils s’en vont, qui viendra pousser nos dirigeants à être plus démocrates ? Qui aidera le continent à se développer. Au temps de nos ancêtres, il n’y avait pas de visa et ils se sont battus pour affronter l’esclavage et faire en sorte que nous puissions vivre dans un continent libre. C’est nous qui décidons de notre avenir. Cette force, il faut la préserver. Nous avons un champ, mais il faut trouver le moyen de le cultiver. L’Afrique est un continent merveilleux, où il y a de la place, où il fait beau. Même si c’est difficile, il faut surmonter les barrières. À nous de continuer ce combat. L’avenir est pour nous et rien ne se fera sans nous. »

Pour terminer, il conseille aux africains d’être « fier d’être africain et aimer ce continent. Dans mon nouvel album We Love Africa qui sort début 2018, j’évoque les atouts de l’Afrique. Dans cet album, je parle de ces petits bonheurs que nous avons et dont nous n’avons pas conscience. Nous devons être prêts à mourir pour l’Afrique qui est notre berceau et celui de l’humanité tout entière. »