MAELE, la star de la musique équatoguinéene s'en est allé

MAELE a fait dansé plus d’un dans la sous-région Afrique centrale dans les années 1980. C’est avec beaucoup de tristesse et de « consternation » que le gouvernement équatoguinéen a annoncé la mort de cette icône du pays.

De son véritable nom Martiniano Abaga Elé Ndoho, MAELE a débuté sa carrière musicale en 1976. En 1977, ce natif de Bata remporte le premier prix du premier festival national de musique dans cette capitale économique de la Guinée Equatoriale. Chantant en langue fang (une ethnie présente au Cameroun, au Gabon et en Guinée équatoriale, ce qui a lu a fait une grande popularité dans la sous-région dans les années 1980 où il a côtoyé beaucoup de grands noms de la musique camerounaise.

A cause de certains titres qui n’auraient pas plu au régime, il va exiler en Espagne. Maele a rejoint les rangs du parti au pouvoir en Guinée équatoriale, le PDGE, dès son retour d’exil et produira des titres jugés favorables au président.

L’artiste sera récompensé en devenant notamment directeur de la radio télévision nationale à Bata ou encore délégué provincial de la Culture.

Il vient de décéder des suites d’une longue maladie à l’âge de 59 ans à Madrid. Repose en paix l’artiste.

Mading wa wok, l’un des titres à succès du defunt Maele: