« L’Afrique Face au défi du réchauffement climatique », thème du FEMUA 2017

« L’Afrique Face au défi du réchauffement climatique » est le thème de la 10e édition du FEMUA, le Festival des musiques urbaines d’Anoumabo, dont la cérémonie de lancement a eu lieu ce jeudi 02 mars au siège de l’Unesco à Paris. Plusieurs personnalités, dont l’ambassadeur de la Côte d’Ivoire en France, Charles Gomis, et l’ambassadeur de la Côte d’Ivoire à l’UNESCO, Denise Houphouët Boigny ont pris part à la cérémonie.

Pour A’Salfo, leader du groupe Magic System, par ailleurs Commissaire général du FEMUA, l’idée du choix de ce thème est de sensibiliser les africains sur cette notion de réchauffement climatique. « Chacun doit de son côté jouer son rôle dans la sensibilisation contre le changement climatique. Le FEMUA est une belle tribune pour sensibiliser, surtout les jeunes à ne pas détruire l’environnement » a-t-il déclaré lors de la cérémonie de lancement. Aussi, on en sait un peu plus cette dixième édition qui se déroulera du 25 au 30 avril à Anoumabo et à Adiaké.

La place du Festival à Anoumabo sera desormais baptisé « Place Papa Wemba« , en hommage à la star de la musique africaine qui a trépassé lors de la dernière édition en plein spectacle lors de ce même événement. D’ailleurs, l’orchestre Viva la musica de l’illustre disparu donnera un concert géant à cet endroit le 24 avril, la veille du démarrage du festival.

Plusieurs grands noms de la musique sont annoncés à Anoumabo et à Adiaké, Salif Kéita, Tiken jah, le groupe de zouglou Révolution, DJ Léo, Kiff No Beat, Singuila, Black M, Monique Seka, Nash, Marema, etc. Le FEMUA a pour objectif de venir en aide aux populations défavorisées et aux personnes démunies. A cet effet, A’Salfo a annoncé au cours de la cérémonie de lancement que trois écoles sont déjà opérationnelles, une en voie d’achèvement, et pour 2017 les fonds recoltés permettront de construire deux écoles, une dans le département de Gagnoa et l’autre à Odienné.