Mondial 2018: au bout du suspense, la Croatie s'offre l’Angleterre et se hisse en finale !

Croatie Copyright -AFP
Malgré une ouverture du score de Trippier, l’Angleterre n’a pas été en mesure de valider son billet pour la finale de la Coupe du Monde. Avec des buts de Perisic et Mandzukic, ce sont les Croates qui se sont arrachés pour s’imposer (encore) en prolongation. Les coéquipiers de Modric ont désormais rendez-vous avec la France. Ce sera dimanche à Moscou (17h00).

Après avoir sorti la Colombie et la Suède, les Anglais étaient donnés favoris pour poursuivre l’aventure lors de la Coupe du Monde 2018. Opposés mercredi soir à une formation croate émoussée par ses marathons lors des deux tours précédents, les Three Lions ont d’ailleurs rapidement pris les devants sur un coup-franc parfaitement frappé par Kieran Trippier (5eme). Harry Maguire (14eme), Harry Kane (30eme) et Jesse Lingard (36eme) ont eu de belles situations pour faire le break, mais le dernier geste n’était pas au rendez-vous. De leur côté, les coéquipiers de Luka Modric ont essayé timidement d’apporter le danger sur le but de Jordan Pickford, mais les défenseurs anglais n’ont pas eu besoin de trop s’employer.

Même son de cloche en seconde période mais à force de gérer, les troupes de Gareth Southgate ont laissé les Croates revenir dans une demi-finale qui n’aurait jamais dû leur échapper. Avec une réalisation acrobatique d’Ivan Perisic (68eme), qui n’a pas été loin de faire le doublé quelques instants plus tard (72eme), les hommes de Zlatko Dalic ont complètement relancé le match, les Anglais apparaissant de plus en plus fébriles au niveau défensif. Au courage, les Vatreni ont arraché la prolongation, leur troisième de suite en Russie. Et, alors que les Anglais ont lancé les hostilités avec une tête de John Stones qui a été sauvé sur sa ligne par Sime Vrsaljko (99eme), la Croatie a une nouvelle fois répondu coup pour coup. Si Jordan Pickford a sorti le grand jeu devant Mario Mandzukic (105eme+2), l’avant-centre de la Juve a fini par définitivement faire basculer la rencontre à la 109eme minute.

Avec une seule frappe cadrée, l’Angleterre n’a pas su tuer le match lorsque l’occasion s’est présentée, et les Croates ont confirmé leur statut de rois du money-time. Malgré un état de fatigue avancé, les coéquipiers de Danijel Subasic se sont arrachés pour obtenir une qualification historique pour une finale de Coupe du Monde. Avec trois matchs à rallonge, ils ne partent pas dans les meilleures conditions avant de retrouver la France, dimanche prochain. Mais les Bleus sont prévenus : cette équipe a l’art de refuser la défaite. Pour rappel, la Croatie n’a perdu qu’un seul de ses 7 matchs en phase à élimination directe durant un Mondial. C’était face à… la France en 1998 (1-2). Le temps de la revanche a sonné !

 

Le film du match


5eme minute (0-1)
A la suite d’une faute de Modric sur Alli, l’Angleterre bénéficie d’un coup-franc à une vingtaine de mètres du but de Subasic. Plein axe, Trippier contourne le mur avec une frappe du pied droit et trouve la lucarne gauche de Subasic. Le gardien de but de l’ASM ne peut que constater les dégâts.

14eme minute
A la suite d’un corner frappé côté droit par Trippier, Maguire prend le dessus sur Vida et place un coup de tête qui ne termine pas loin du poteau gauche de Subasic.

30eme minute
Lancé dans le dos de la défense croate par Lingard, Kane bute sur un Subasic sorti au sol. Le tout avant de frapper sur le poteau droit du gardien croate. Le capitaine anglais est signalé hors-jeu, mais cela ne fait pas oublier son raté.

36eme minute
Servi par Kane, Alli part sur le côté gauche. Le milieu de terrain de Tottenham temporise, avant de servir en retrait Lingard. Seul aux abords de la surface croate, plein axe, le Mancunien arme une frappe enroulée du pied droit qui ne trouve pas le cadre du but de Subasic.

65eme minute
Devant Pickford, Walker se sacrifie en venant contrer avec l’abdomen une frappe de Perisic. Le joueur de l’Inter Milan avait tenté sa chance à l’entrée de la surface anglaise.

68eme minute (1-1)
Sur le côté droit, Vrsaljko centre en direction de Perisic qui passe devant Walker pour propulser le ballon au fond des filets de Pickford. Le défenseur de Tottenham a terminé le travail avec une reprise acrobatique du pied gauche.

72eme minute
Profitant d’une erreur adverse, Perisic parvient à effacer son défenseur sur le côté gauche de la surface anglaise. Le tout avant de croiser une frappe du pied gauche qui heurte le poteau gauche d’un Pickford battu. Rebic reprend mais cela termine dans les bras du gardien anglais.

83eme minute
Servi sur le côté droit de la surface anglaise, Mandzukic s’emmène le ballon de la poitrine et enchaîne avec une demi-volée croisée du pied droit, mais Pickford s’interpose.

84eme minute
La Croatie toute proche du deuxième but ! Sur un centre très aérien, Pickford dégage du poing, mais le ballon revient dans les pieds de Perisic qui, surpris, place le ballon au-dessus du droit.

99eme minute
Sur un corner frappe côté droit par Trippier, Stones se retrouve complètement seul dans la surface croate. Le défenseur central de Manchester City a tout le temps pour armer son coup de tête. Mais, alors que Subasic est battu sur sa droite, Vrsaljko sauve sur sa ligne.

105eme minute+2
Enorme arrêt de Pickford ! Sur un centre venu de la gauche, Mandzukic tente sa chance du pied gauche à bout portant, mais le gardien anglais est à la parade.

108eme minute
Corner joué à deux avec une passe dans l’angle de la surface pour une frappe sans contrôle du pied gauche Brozovic ! C’est au-dessus ! Les Anglais n’étaient pas du tout concentrés sur cette phase arrêtée depuis la gauche.

109eme minute (2-1)
Sur une remise de la tête de Perisic côté gauche, Mandzukic termine avec une demi-volée du pied gauche. Une frappe croisée imparable pour Pickford.

 

Tops et flops


Top
TOP 3
Auteur de l’ouverture du score (son premier but en sélection), TRIPPER a fait admirer la qualité de son pied droit. Alors qu’Ashley Young est apparu dans le dur, le latéral droit de Tottenham a été omniprésent dans son couloir droit. Et ceci en dépit de son duel perdu au départ de l’action qui amène le 2eme but croate.

Malgré sa faute qui amène le coup-franc transformé par Kieran Trippier, MODRIC a une nouvelle fois montré l’exemple lors de cette seconde demi-finale de la Coupe du Monde 2018. Après des débuts timides, le milieu de terrain du Real Madrid est progressivement monté en puissance. Le leader de cette sélection croate a parfaitement joué son rôle.

A l’image de son capitaine, PERISIC a eu besoin d’un bon moment pour entrer dans son match, mais cela valait le coup d’attendre pour l’ailier de l’Inter Milan qui a été tout simplement énorme lors de la seconde partie de la rencontre. Auteur du but de l’égalisation, l’ancien joueur de Sochaux, de Bruges, de Dortmund et de Wolfsburg a été de tous les bons coups durant le retour croate. Passeur décisif pour Mario Mandzukic, le numéro 4 a fait basculer cette rencontre avec envie.

 

Flop
FLOP 3
Confirmé au poste de la latéral gauche, STRINIC a… confirmé ses limites. En fin de contrat avec la Sampdoria Gênes, le natif de Split va poursuivre sa carrière avec le Milan AC, mais cela devrait être dans un rôle de doublure. Compte tenu de ses prestations en Russie, il est difficile que cela soit autrement… Le numéro 3 a logiquement fini par céder sa place à Josip Pivaric (95eme).

Alors que les Anglais sont éliminés au stade des demi-finales, KANE risque de se rappeler longtemps de son occasion manquée en première période. Cela aurait permis aux Three Lions de faire le break, mais le capitaine anglais a manqué de précision. Une action symbolique du petit match de l’avant-centre des Spurs.

Si Kieran Trippier a confirmé sa bonne forme du moment, on ne peut pas en dire autant pour A.YOUNG. Pour ce sixième match du Mondial russe, le joueur de Manchester United (33 ans) est apparu particulièrement touché au niveau physique. Remplacé par Danny Rose (91eme).

 

Monsieur l’arbitre au rapport


Alors que Lovren a multiplié les fautes dès l’entame de match, M.Cakir a attendu la seconde période pour sortir les cartons. L’arbitre turc a fait preuve de pédagogie lors de cette affiche entre Croates et Anglais. Un bon choix qui a sûrement permis d’éviter quelques débordements, même si quelques fautes auraient certainement mérité un avertissement.

 

La feuille de match


Coupe du Monde 2018 (Demi-finale) : CROATIE – ANGLETERRE : 2-1 (ap)

Stade Loujniki (78 011 spectateurs)
Temps doux – Pelouse en bon état
Arbitre : M.Cakir (Turquie / 6)

Buts : Perisic (68eme) et Mandzukic (109eme) pour la Croatie – Trippier (5eme) pour l’Angleterre

Avertissements : Mandzukic (48eme) et Rebic (96eme) pour la Croatie – Walker (54eme) pour l’Angleterre

Expulsion : Aucune

Marseille
Croatie
Subasic (5) – Vrsaljko (6), Lovren (5), Vida (6), Strinic (3) puis Pivaric (95eme) – Rakitic (4), Brozovic (5) – Rebic (5) puis Kramaric (101eme), Modric (cap) (7), Perisic (7) – Mandzukic (5) puis Corluka (115eme)

N’ont pas participé : Kalinic (g), Livakovic (g), Kovavic, Jedvaj, Bradaric, Caleta-Car, Badelj, Pjaca
Sélectionneur : Z.Dalic

 


Angleterre
Pickford (5) – Walker (5), Stones (4), Maguire (6) – Trippier (6), Alli (5), Henderson (5) puis Dier (97eme), Lingard (4), Young (3) puis Rose (91eme) – Kane (cap) (3), Sterling (5) puis Rashford (74eme – 3)

N’ont pas participé : Butland (g), Pope (g), Vardy, Welbeck, Cahil, Jones, Delph, Loftus-Cheek, Alexander-Arnold
Sélectionneur : G.Southgate

Ligue des Champions : Thomas Tuchel recadre Kylian Mbappé

Mbappé Copyright -AFP
Après avoir égalisé pour le Paris Saint-Germain face à Liverpool (2-2), Kylian Mbappé a perdu un ballon qui s'est transformé en but de Firmino en toute fin du match. Thomas Tuchel n'a pas raté l'occasion pour recadrer son joueur, en conférence de presse, après la défaite à Liverpool (3-2): "Son match a été difficile jusqu'à son but, puis il a cette perte de balle qui amène le troisième but... Tout est dit, il doit encore progresser. Avec ce genre de match, il va gagner en personnalité." "Ce dernier ballon, c'est une action qui peut lui permettre de s'améliorer en vue du plus haut niveau." L'entraîneur allemand, par ailleurs, reste confiant pour la suite: "On a cette grosse occasion de gagner en fin de match, pour moi on a fait une première période de haut niveau et Liverpool ne devait pas marquer deux fois. Et puis on a bien réagi." S'il estime donc que "la défaite n'est pas logique", Tuchel rappelle aussi que "Jurgen Klopp travaille à Liverpool depuis quatre ans, d'où ce gros pressing !" "Si quelqu'un a été surpris de l'intensité mise par Liverpool, c'est qu'il n'a pas regardé de football depuis cinq ou 10 ans", conclut Tuchel. Klopp, lui, a souligné l'atmosphère "fantastique" d'Anfield pour permettre à ses Reds de battre un adversaire "incroyablement fort".

Ligue des Champions : Lionel Messi, roi incontestable des triplés !

Lionel Messi - FC Barcelone Copyright -AFP
En inscrivant un triplé face au PSV Eindhoven pour l'entrée en lice du FC Barcelone en Ligue des Champions mardi (4-1), Lionel Messi a battu un nouveau record. Après un coup-franc magnifique, la Pulga a repris de volée une passe lobée de Rakitic, avant de marquer un dernier but sur une déviation de Suarez. Il s'agit de son huitième triplé en C1. La Pulga devance désormais un certain Cristiano Ronaldo, qui comptait 7 triplés dans la plus prestigieuses des compétitions de clubs. Filippo Inzaghi, Mario Gomez et Luiz Adriano comptent chacun 3 triplés.

Ligue des Champions - Lyon : Que faut-il attendre de l’OL ?

L’OL retrouve mercredi soir la Ligue des Champions, deux ans après sa dernière participation. Après un début de saison très moyen, difficile de juger avec quelles ambitions Bruno Genesio et sa bande entameront leur parcours. Mais la nécessite de se réaffirmer en C1 est bien réelle.
Lyon a déjà laissé filer huit points en L1, Bruno Genesio est plus que jamais contesté par une partie des supporters rhodaniens, Jean-Michel Aulas tente d’éteindre ce début d’incendie à coups de communiqués ou de tweets plus ou moins bien sentis : l’OL devait certainement rêver à un autre début de saison il y a encore quelques semaines. Oui mais voilà, quelque chose n’a pas bougé : les Gones retrouveront bien la Ligue des Champions ce mercredi soir. Sur la pelouse de l’Etihad Stadium (21h00), l’enfer est promis à Marcelo et ses coéquipiers. Mais la double confrontation contre le Manchester City de Pep Guardiola n’est certainement pas celle sur laquelle Lyon mise pour sortir de son groupe. Et ce déplacement amène finalement plus à se poser la question des ambitions lyonnaises dans cette édition, que celle de son éventuelle capacité à réaliser un énorme exploit en terre anglaise.

Lyon doit se réconcilier avec la Ligue des Champions


L’OL entame ce mercredi sa 15eme campagne dans la plus prestigieuse des compétitions européennes. Ce n’est pas rien. Mais force est de constater que depuis le début des années 2010, le bilan est loin d’être flatteur. Après avoir atteint sa première demi-finale en 2010 contre le Bayern Munich (0-3, 0-1), l’écurie rhodanienne n’est en effet plus parvenue à dépasser les 8emes de finale, se faisant même éliminer par l’APOEL Nicosie à ce stade de la compétition en 2012. Mais ce sont les deux dernières participations de Lyon en C1 qui font tâche. Avec d’abord une dernière place en 2015-16, dans un groupe composé de La Gantoise, du FC Valence et du Zénith Saint-Pétersbourg. Puis avec une plus honorable troisième place la saison suivante, ramenant à douze le nombre de points cumulés sur ces deux exercices. De quoi ternir la réputation d’équipe régulière au plus haut niveau européen dont bénéficiait l’écurie du président Aulas avant ce trou d’air. Commencer par retrouver les huitièmes de finale serait un grand pas en avant. Un objectif qui aurait presque eu l’air d’une formalité il y a dix ans, puisque Hoffenheim et le Shakhtar Donetsk complètent ce groupe F. Il est loin d’en être une aujourd’hui.

Des inquiétudes, des promesses, mais peu de certitudes


Allons directement à l’essentiel : si Lyon à de quoi être inquiet pour cette campagne, et particulièrement au moment d’affronter Manchester City, c’est que sa défense a affiché des carences flagrantes depuis le début de saison. Des points faibles mis en évidence par Reims, Nice ou encore Caen. L’association Marcelo - Denayer est loin d’avoir rassuré lors de ses deux premières associations et prendra inévitablement l’eau à Manchester si elle ne se remet pas vite dans le bain. Si tant est qu’à son meilleur niveau, elle puisse résister aux assauts d’Agüero, Sterling et compagnie… L’idée n’est pas pour autant de tomber dans un pessimisme exagéré. Dans l’entrejeu et offensivement, Bruno Genesio dispose évidemment de sérieux atouts à faire valoir, du trio Ndombele-Tousart-Aouar à l’imprévisible Memphis Depay, en passant par le champion du monde Nabil Fekir. Mais parmi les éléments cités, très peu sont ceux qui ont une expérience significative au très haut niveau. Au milieu de terrain, seul Tousart a déjà goûté à la C1… durant une heure, tandis qu’offensivement, le quatuor Depay-Fekir-Dembélé-Traoré y compte 23 matchs en cumulé, pour cinq buts. Assez maigre…

Se contenter d’un reversement en C3 ? Le timing serait mauvais


On serait alors tenté de se dire que cet effectif, relativement jeune, a un bel avenir devant lui. Qu’un parcours correct suivi d’un repêchage en Ligue Europa pourrait lui servir d’expérience afin de revenir plus fort et expérimenté par la suite. Mais cela supposerait que Lyon conserve la majorité de ses hommes forts la saison prochaine. Ce qui semble déjà compromis étant donné les déclarations récurrentes de Depay, le départ avorté de Fekir cet été, et la très belle cote d’Aouar ou Ndombele sur le marché. Même s’il n’a rien montré en C1, l’effectif lyonnais est prometteur. Mais il ne restera pas éternellement en l’état et le dernier Mercato a montré à quel point le club rhodanien avait du mal à finaliser les dossiers jugés prioritaires. Autrement dit, il n’est pas sûr que Lyon ait un effectif d’une telle qualité la saison prochaine. Tout cela sans oublier l’impatience d’une frange des supporters lyonnais, qui estiment que « leur » club a perdu son ambition et qui accepteraient difficilement un parcours moyen cette saison, dans un contexte de relations déjà tendues. A Lyon, il y a des airs de « maintenant ou jamais » dans cette quête d’un retour aux premiers rôles -ou au moins aux seconds- en Ligue des Champions. Même si aucun objectif n’a été clairement affiché…

Ligue des champions – première journée des lions : Sadio Mané et Diao Baldé victorieux, Badou Ndiaye voit rouge

Mané et Salah Copyright -AFP
Ce mardi 18 septembre 2018, c’était le début de la première journée de la Ligue des champions en Europe. Plusieurs Sénégalais faisaient leur entrée dans le tournoi, et ils ont connu des fortunes diverses sur le plan individuel. En levée de rideau, l’Inter de Milan de Diao Baldé Keita accueillait le FC Tottenham pour le compte du groupe B. L’international sénégalais et son équipe ont battu sur le fil les Anglais sur le score de 2 buts à 1. Diao Baldé Keita est entré en cour de jeu (72ème minute de jeu). Pour le choc de la soirée entre Liverpool et Paris Saint-Germain, le duel a tourné du côté des Anglais. En effet, les reds ont battu les Parisiens sur le score de 3 buts à 2. Même s’il n’a pas marqué ou fait une passe décisive, Sadio Mané a été omniprésent sur ce match. L’international Sénégalais était intenable face à la défense parisienne. À sa sortie, à la 90ème minute de jeu, l’Anfield s’est levé comme un seul homme pour applaudir son feu follet sénégalais. Dans ce même groupe C, le Napoli de Kalidou Koulibaly a fait match nul face à la modeste équipe du FK Crvena Zvezda. Le défenseur sénégalais a joué tout le match. Dans les autres matchs, le Galatasaray de Pape Alioune Ndiaye a largement dominé le Lokomotiv Moscow (3-0). Le milieu international sénégalais a écopé d’un carton rouge après avoir reçu deux cartons jaunes. Dans ce même groupe, le Shalke O4 de Salif Sané a fait match nul face au Porto. Le longiligne défenseur sénégalais a joué tout le match.

Ligue des Champions - Groupe F : Tout ce qu'il faut savoir sur Manchester City - Lyon

L'OL aura fort à faire dès son entrée en lice en Ligue des Champions mercredi contre Manchester City (21h00), où tout autre résultat qu'une défaite serait considéré comme une réelle performance.

Les trois derniers matchs de Manchester City


15/09/2018 : Manchester City - Fulham (3-0, PL)
01/09/2018 : Manchester City - Newcastle (2-1, PL)
25/08/2018 : Wolverhampton - Manchester City (1-1, PL)

Les trois derniers matchs de Lyon


15/09/2018 : Caen - Lyon (2-2, L1)
31/08/2018 : Lyon - Nice (0-1, L1)
24/08/2018 : Lyon - Strasbourg (2-0, L1)

Les équipes probables


Manchester City : A venir...

Lyon : A venir...

Les groupes


Manchester City : A venir...

Lyon : A.Lopes, Gorgelin, Racioppi - Rafael, Dubois, Tete, Morel, Denayer, Marcelo, F.Mendy - Aouar, Ndombele, Tousart, Ferri, C.Diop, Fekir - Depay, B.Traoré, Cornet, Terrier, M.Dembélé

Les stats à retenir (avec OPTA)





    • Ce sera la toute 1ère rencontre entre Manchester City & Lyon. Aucun club français n’a réussi à s’imposer sur le terrain de City en compétition européenne (1 nul, 2 défaites).

    • Lyon n’a remporté qu’un seul de ses 8 matches face à un adversaire anglais en Ligue des Champions (4 nuls, 3 défaites), c’était face à Liverpool à Anfield en octobre 2009.

    • C’est la 8eme participation consécutive de Manchester City en Ligue des Champions – plus longue série en cours pour un club anglais. Les Citizens ont atteint la phase à élimination directe lors de chacune des 5 dernières éditions.

    • C’est la 15eme participation de Lyon à la Ligue des Champions, plus que tout autre club français. L’OL a atteint la phase à élimination directe de la compétition à chaque reprise entre 2003-04 et 2011-12, mais a échoué au stade des groupes depuis, à 2 reprises (2015-16 et 2016-17).

    • Lyon n’a remporté que 3 de ses 13 dernières rencontres de Ligue des Champions (3 nuls, 7 défaites).

    • Les 5 derniers matches de Lyon en Ligue des Champions n’ont produit que 5 buts (2 buts inscrits, 3 encaissés).

    • Pep Guardiola a atteint le dernier carré de la compétition lors de 7 de ses 9 participations à la Ligue des Champions en tant qu’entraîneur, mais n’a plus pris part à la finale depuis 2011. Il peut remporter la compétition pour la 3eme fois et égaler Zinedine Zidane, Carlo Ancelotti & Bob Paisley.

    • Raheem Sterling a inscrit 8 buts & délivré 6 assists lors de ses 15 dernières titularisations avec Manchester City en Ligue des Champions.

    • Moussa Dembélé a inscrit 3 buts lors de ses 4 premiers matches de Ligue des Champions, mais n’a trouvé le fond des filets qu’à une seule reprise en 6 rencontres depuis.



aac44b7b1d130441d17bd682a9ac1839"""""""""""""""""""""""""