Liga : Une partie du titre repose sur le Malaga de Michel

Le titre en Liga va se jouer ce dimanche entre le Real Madrid et le FC Barcelone. Les Merengue doivent prendre au moins un point pour être sacrés sur la pelouse de Malaga, coaché par l'ancien Madrilène Michel...

Revoilà Michel. On avait perdu la trace de l’Espagnol depuis la fin de son aventure étriquée à l’OM en avril 2016. Son nom était réapparu quelques jours plus tard quand il avait décidé de porter plainte contre le club phocéen, qui l’avait licencié pour faute grave afin de ne pas lui payer la totalité de ses indemnités. L’ancien joueur du Real Madrid avait disparu des radars avant d’être nommé à la tête de Malaga le 7 mars dernier, juste après l’éviction de Marcelo Romero, qui avait lui-même remplacé Juande Ramos en décembre. Quand il s’est assis sur le banc andalou, Malaga était quinzième, avec un bilan plus que négatif, et dans une position très dangereuse. Deux mois plus tard, les Espagnols pointent à la 11eme place du classement et Michel affiche un bilan des plus honorables depuis sa prise de fonction (6 victoires, 2 nuls, 3 défaites). Surtout, il sera l’un des deux arbitres, avec Eibar, dans le duel qui oppose à distance le Real au Barça dans la lutte pour le titre.
Polémiques et amende
En Espagne, quand le classement est resserré entre le Real Madrid et le FC Barcelone, la « polemica » n’est jamais bien loin. Surtout quand l’arbitre du duel porte une étiquette merengue dans le dos. Il n’en fallait pas plus pour mettre le feu aux poudres. Les médias catalans ont accusé Michel et Malaga de vouloir fausser le suspense en Liga. « J’aimerais faire une haie d’honneur à mon ancienne équipe plutôt que de l’embêter, mais je suis professionnel », avait déclaré l’ancien coach de l’OM il y a trois semaines en prévision du duel final. Les doutes émis par les quotidiens catalans avaient provoqué l’immense colère du président-propriétaire de Malaga, Abdullah Al Thani, qui s’était fendu d’un « la racaille de Catalogne ne sentira pas l’odeur du titre après ses mensonges sur Michel ». Le boss de Malaga a écopé d’une amende de 3500 euros pour sa sortie verbale non contrôlée. Avant le match face aux Merrengue, le technicien ibère a tenté de calmer les esprits en affirmant que « Malaga allait jouer le jeu » et qu’il ne tolérait pas qu’on mette en doute « l’honneur » de ses joueurs. Le Real n’étant pas encore champion (les Merengue ont trois points d’avance sur les Catalans, mais une moins bonne différence de buts particulière), les joueurs de Michel ont un vrai rôle à jouer dans la course au titre.
Le précédent de 1993
Si les oreilles des Catalans ont sifflé, c’est parce que Michel s’était permis de dire qu’il se sentait plus « Madrilène » que Jorge Valdano. L’ancien joueur du Real, technicien de Tenerife en 1993, avait privé le Real du titre lors de la dernière journée à la suite d’une victoire surprise qui avait offert le titre au Barça. Mais derrière toutes les polémiques qui ont agité ces dernières semaines, Malaga ne compte pas accueillir la formation madrilène en ouvrant grand ses portes. Les Andalous vendront chèrement leur peau. Depuis le 15 avril et une défaite à la Corogne, les Espagnols sont invaincus en Liga (quatre victoires de suite et un nul). Avant de regarder le résultat du Real à Malaga, le Barça devra d’abord se débarrasser d’Eibar, autre équipe surprise pas facile à manœuvrer. Les Catalans savent de quoi les Andalous sont capables puisqu’ils avaient dérapé de manière surprenante à la Rosaleda. La Liga n’est plus à une surprise près.