La révolution catalane est en marche

A l’heure d’affronter la Juventus pour le premier match de poule de la Ligue des Champions, le Barça démarre sa campagne dans l'incertitude d’un été mouvementé mais peut-être propice aux changements.

Les deux claques reçues contre le Real Madrid durant le mois d’août ont peut-être été un mal pour un bien pour le FC Barcelone. Dominés de la tête et des épaules par la bande de Zidane, les Catalans ont amorcé depuis une petite révolution dans leur jeu. Il semblerait que le temps du fameux 4-3-3 barcelonais ait fait son temps du côté du Nou Camp. Le départ de Neymar a également favorisé cette mutation qui semble de créer sous la houlette d’Ernesto Valverde. Si la perte d’un talent comme celui du Brésilien est indéniable, le président Bartomeu a assuré que ce départ va permettre aux Blaugrana de ne plus être dans une « MSN dépendance ».
Comme CR7, Messi se ré-axe avec l’âge
Le trio offensif était l’arbre qui cachait la forêt la saison dernière. L’arrivée d’Ousmane Dembélé en lieu et place du nouveau Parisien doit permettre au Barça de varier son jeu. Plus passeur dans l’âme que Neymar, l’ancien Rennais va surtout être au service de ses deux compères d’attaque. En débarquant sur le banc catalan cet été, Valverde a tout de suite compris qu’il fallait mettre dans les meilleurs dispositions possibles Luis Suarez mais surtout Messi afin d’avoir des résultats. Quand Luis Enrique donnait carte blanche à l’Argentin pour quitter son flanc droit, l’ancien entraîneur de Bilbao est en train repositionner le Ballon d’Or dans l’axe tout en donnant à son équipe un équilibre qui lui faisait encore défaut il y a trois semaines contre le Real. Comme Unai Emery durant ses saisons sévillanes, Ernesto Valverde est un adepte du 4-2-3-1. Contre l’Espanyol Barcelone, le Barça a laissé un peu de côté sa philosophie de toujours en mettant Messi dans l’axe du terrain.
Une assise défensive et une folie offensive ?
Si le 4-3-3 semble toujours présent, c’est bien comme un second attaquant que la Pulga se situe dorénavant. Le côté droit va donc devenir la propriété de Dembélé et de son remplaçant Deulofeu. Surtout, en jouant haut comme ils l’ont fait dans le derby catalan le week-end dernier, Andrés Iniesta voit Jordi Alba couvrir le flanc gauche comme à sa grande époque, permettant à son capitaine de couvrir l’entrejeu gauche et de ne plus s’éparpiller derrière ce qui ressemble à un double pivot avec Rakitic et Busquets. Une mini-révolution qu’avoue à demi-mot Valverde afin de ne pas se mettre l’institution Barça à dos. « Je n’ai pas l’intention de changer la philosophie de jeu du Barça. Ce club a un style, qui lui a permis de gagner et nous voulons qu’il reste le même. Je dois m’adapter mais les joueurs aussi à des idées de l’entraîneur. Lorsque vous entraînez le Barça, vous savez déjà que vous devez vous adapter à ce style ». Seulement, cette fois, c’est bien le Barça qui semble faire sa mutation afin de retrouver les sommets.