L1 - Marseille : Henri Bedimo défendu par Laurent Nicollin

Alors que l'Olympique de Marseille a engagé une procédure de licenciement à l'encontre d'Henri Bedimo, Laurent Nicollin, le président de Montpellier, a déploré, dans les colonnes de L'Equipe, la situation que vit actuellement son ancien protégé, champion de France avec le MHSC en 2012.

L’Olympique de Marseille va se séparer d’Henri Bedimo et pour cela, le club phocéen a engagé une procédure de licenciement à l’encontre de son futur ex-protégé. Le défenseur de 34 ans s’est vu reprocher par ses dirigeants d’avoir été au Cameroun, construire et inaugurer une académie en partenariat avec… son ancien club Montpellier. Par conséquent, l’international camerounais n’a plus accès au centre d’entraînement local depuis la reprise. Ce samedi, L’Equipe publie, dans son édition du jour, la réaction de Laurent Nicollin. Le président de la formation héraultaise n’a que très peu goûté aux péripéties que subit son ancien protégé, champion de France avec le MHSC en 2012.

Nicollin : « Il n’y a plus de sentiment dans le football »

Le dirigeant se dit attristé par la procédure en cours qui vise le natif de Douala : « J’étais au courant. Apparemment, c’est le football moderne, le football d’entreprise. C’est malheureux. Maintenant, on cherche tous les moyens administratifs pour trouver des motifs de licenciement à l’encontre des gens dont on ne veut plus. Ça ne m’étonne pas de ce genre de club. Il n’y a plus de sentiment dans le football mais nous, nous ne fonctionnons pas de cette façon. Il s’agit d’un projet éducatif, humain, comme de nombreux joueurs africains mènent dans leur pays, je ne vois pas où est le problème. Et quand leur président (Jacques-Henri Eyraud) est parti en Afrique il y a un an et demi, je ne pense pas qu’il ait convié Henri Bedimo à l’accompagner. Sinon, le joueur aurait peut-être proposé à l’OM ce partenariat. Cette histoire est vraiment triste. »