Coupe du Monde 2018 - Bleus : Antoine Griezmann, la star sans ego

Star de l’équipe de France depuis deux ans, Antoine Griezmann est moins en vue qu’à l’Euro depuis le début de la Coupe du Monde. Mais c’est aussi parce que l’attaquant tricolore a accepté de changer de rôle en Russie, quitte à laisser la lumière à d’autres. Une star sans ego, en somme.
DE NOTRE ENVOYE SPECIAL A MOSCOU

Baladez-vous un peu partout dans le monde. Demandez aux gens que vous croisez qui sont les meilleurs joueurs de la planète. Ronaldo, Messi, Neymar, oui. Mais après, le nom de Griezmann complétera forcément votre top 5. En l’espace de quelques années, à l’Atlético Madrid et en équipe de France, le Mâconnais a changé de dimension et s’est imposé comme l’une des stars de son sport, grâce à ses performances et aussi à sa bonne gueule. Mais dans l’état d’esprit, rien ne le rapproche des autres joueurs cités. Car lui n’a pas d’ego. Ou alors pas beaucoup. Et c’est un vrai cadeau pour Didier Deschamps. Le sélectionneur peut le remplacer en cours de match quand il est moins bien, et peut aussi lui demander de fournir un très gros travail défensif que d’autres joueurs de sa renommée n’envisageraient jamais de faire.

Pogba : « Peu d’attaquants seraient capables de faire ce sacrifice »


En Russie, Antoine Griezmann marque peu : trois buts, dont deux sur penalty. On lui reproche, à raison, d’avoir une influence plus limitée sur le jeu de l’équipe de France. Mais quand il a fallu fermer le verrou à double tour, comme contre l’Uruguay et contre la Belgique, le Madrilène a été très précieux. « Il fait un gros travail dans cette Coupe du Monde, très peu d’attaquants seraient capables de faire ce sacrifice. Mais lui, ça lui fait plaisir, explique son ami Paul Pogba. Et il arrive quand même à être décisif. C’est le Grizou qu’on aime et qu’on veut voir. » Le principal intéressé tourne le sujet à la dérision : « En étant meilleur buteur on a perdu (ndlr : à l’Euro), donc je me suis dit que j’allais essayer de mettre moins de buts pour voir si on gagnait, sourit-il. Mon rôle change, j’essaye de gérer les temps forts, quand faut-il garder le ballon, quand faut-il accélérer ? Si je marque tant mieux, mais je suis un joueur qui pense d’abord à l’équipe », explique Antoine Griezmann.

Griezmann : « Je sais que ça peut changer ma vie »


Ce trait de personnalité, c’est la patte Diego Simeone. Les années passées au contact de l’entraîneur argentin à l’Atlético Madrid ont changé la vision du football de l’attaquant français durablement. Et lui essaye d’entraîner avec lui tout le groupe. « Je pense que si Kylian (Mbappé) et Olivier (Giroud) me voient redescendre, ils vont se dire ‘pourquoi pas moi ?’. On pense juste aux coéquipiers, on fait les efforts tous ensemble. C’est le style de jeu que je connais en club. » Quand les matchs sont fermés et que les Bleus passent leur temps à défendre, comme mardi contre la Belgique, lui prend son pied. « Je m’en fous que ce soit moche, je veux juste l’étoile », répète-t-il avec fermeté. Cette étoile après laquelle il court depuis quatre ans et cette élimination en quart de finale du Mondial 2014 qui lui avait valu quelques chaudes larmes sur son visage encore juvénile. « Je sais que ça peut changer beaucoup de choses dans ma vie. Mais on ne pense pas trop à dimanche soir ou à lundi. »

Pogba : « J’espère qu’il marquera en finale »


On lui répète, aussi, qu’en 1998, Zinédine Zidane avait eu une compétition laborieuse avant de marcher sur l’eau en finale. « Grizou ça rime avec Zizou, s’amuse d’ailleurs Paul Pogba. Grizou pour l’instant, c’est un grand, Zidane c’est une légende. Tous les Français l’aiment, il est marrant, et j’espère qu’il pourra marquer dans cette finale. Mais il sera déjà content si on la gagne. » L’attaquant de l’Atlético Madrid ne rentre pas dans ce débat, et répond seulement qu’il préfère qu’on l’appelle « Grizzi ». Avant de retrouver ses coéquipiers à Clairefontaine, fin mai, Antoine Griezmann a d’ailleurs remporté la Ligue Europa avec son club en brillant en finale. « Cela fait du bien de gagner une finale. Je restais sur deux défaites. J’avais fait un gros match alors j’espère que ce sera pareil dimanche, que je pourrai prendre le jeu à mon compte et l’amener là où je veux. » Et alors la France sera championne du monde. Et on pourra parler de Ballon d’Or à Antoine Griezmann. Ah non, ça ne l’intéresse pas plus que ça…

Ligue des Champions : Thomas Tuchel recadre Kylian Mbappé

Mbappé Copyright -AFP
Après avoir égalisé pour le Paris Saint-Germain face à Liverpool (2-2), Kylian Mbappé a perdu un ballon qui s'est transformé en but de Firmino en toute fin du match. Thomas Tuchel n'a pas raté l'occasion pour recadrer son joueur, en conférence de presse, après la défaite à Liverpool (3-2): "Son match a été difficile jusqu'à son but, puis il a cette perte de balle qui amène le troisième but... Tout est dit, il doit encore progresser. Avec ce genre de match, il va gagner en personnalité." "Ce dernier ballon, c'est une action qui peut lui permettre de s'améliorer en vue du plus haut niveau." L'entraîneur allemand, par ailleurs, reste confiant pour la suite: "On a cette grosse occasion de gagner en fin de match, pour moi on a fait une première période de haut niveau et Liverpool ne devait pas marquer deux fois. Et puis on a bien réagi." S'il estime donc que "la défaite n'est pas logique", Tuchel rappelle aussi que "Jurgen Klopp travaille à Liverpool depuis quatre ans, d'où ce gros pressing !" "Si quelqu'un a été surpris de l'intensité mise par Liverpool, c'est qu'il n'a pas regardé de football depuis cinq ou 10 ans", conclut Tuchel. Klopp, lui, a souligné l'atmosphère "fantastique" d'Anfield pour permettre à ses Reds de battre un adversaire "incroyablement fort".

Ligue des Champions : Lionel Messi, roi incontestable des triplés !

Lionel Messi - FC Barcelone Copyright -AFP
En inscrivant un triplé face au PSV Eindhoven pour l'entrée en lice du FC Barcelone en Ligue des Champions mardi (4-1), Lionel Messi a battu un nouveau record. Après un coup-franc magnifique, la Pulga a repris de volée une passe lobée de Rakitic, avant de marquer un dernier but sur une déviation de Suarez. Il s'agit de son huitième triplé en C1. La Pulga devance désormais un certain Cristiano Ronaldo, qui comptait 7 triplés dans la plus prestigieuses des compétitions de clubs. Filippo Inzaghi, Mario Gomez et Luiz Adriano comptent chacun 3 triplés.

Ligue des Champions - Lyon : Que faut-il attendre de l’OL ?

L’OL retrouve mercredi soir la Ligue des Champions, deux ans après sa dernière participation. Après un début de saison très moyen, difficile de juger avec quelles ambitions Bruno Genesio et sa bande entameront leur parcours. Mais la nécessite de se réaffirmer en C1 est bien réelle.
Lyon a déjà laissé filer huit points en L1, Bruno Genesio est plus que jamais contesté par une partie des supporters rhodaniens, Jean-Michel Aulas tente d’éteindre ce début d’incendie à coups de communiqués ou de tweets plus ou moins bien sentis : l’OL devait certainement rêver à un autre début de saison il y a encore quelques semaines. Oui mais voilà, quelque chose n’a pas bougé : les Gones retrouveront bien la Ligue des Champions ce mercredi soir. Sur la pelouse de l’Etihad Stadium (21h00), l’enfer est promis à Marcelo et ses coéquipiers. Mais la double confrontation contre le Manchester City de Pep Guardiola n’est certainement pas celle sur laquelle Lyon mise pour sortir de son groupe. Et ce déplacement amène finalement plus à se poser la question des ambitions lyonnaises dans cette édition, que celle de son éventuelle capacité à réaliser un énorme exploit en terre anglaise.

Lyon doit se réconcilier avec la Ligue des Champions


L’OL entame ce mercredi sa 15eme campagne dans la plus prestigieuse des compétitions européennes. Ce n’est pas rien. Mais force est de constater que depuis le début des années 2010, le bilan est loin d’être flatteur. Après avoir atteint sa première demi-finale en 2010 contre le Bayern Munich (0-3, 0-1), l’écurie rhodanienne n’est en effet plus parvenue à dépasser les 8emes de finale, se faisant même éliminer par l’APOEL Nicosie à ce stade de la compétition en 2012. Mais ce sont les deux dernières participations de Lyon en C1 qui font tâche. Avec d’abord une dernière place en 2015-16, dans un groupe composé de La Gantoise, du FC Valence et du Zénith Saint-Pétersbourg. Puis avec une plus honorable troisième place la saison suivante, ramenant à douze le nombre de points cumulés sur ces deux exercices. De quoi ternir la réputation d’équipe régulière au plus haut niveau européen dont bénéficiait l’écurie du président Aulas avant ce trou d’air. Commencer par retrouver les huitièmes de finale serait un grand pas en avant. Un objectif qui aurait presque eu l’air d’une formalité il y a dix ans, puisque Hoffenheim et le Shakhtar Donetsk complètent ce groupe F. Il est loin d’en être une aujourd’hui.

Des inquiétudes, des promesses, mais peu de certitudes


Allons directement à l’essentiel : si Lyon à de quoi être inquiet pour cette campagne, et particulièrement au moment d’affronter Manchester City, c’est que sa défense a affiché des carences flagrantes depuis le début de saison. Des points faibles mis en évidence par Reims, Nice ou encore Caen. L’association Marcelo - Denayer est loin d’avoir rassuré lors de ses deux premières associations et prendra inévitablement l’eau à Manchester si elle ne se remet pas vite dans le bain. Si tant est qu’à son meilleur niveau, elle puisse résister aux assauts d’Agüero, Sterling et compagnie… L’idée n’est pas pour autant de tomber dans un pessimisme exagéré. Dans l’entrejeu et offensivement, Bruno Genesio dispose évidemment de sérieux atouts à faire valoir, du trio Ndombele-Tousart-Aouar à l’imprévisible Memphis Depay, en passant par le champion du monde Nabil Fekir. Mais parmi les éléments cités, très peu sont ceux qui ont une expérience significative au très haut niveau. Au milieu de terrain, seul Tousart a déjà goûté à la C1… durant une heure, tandis qu’offensivement, le quatuor Depay-Fekir-Dembélé-Traoré y compte 23 matchs en cumulé, pour cinq buts. Assez maigre…

Se contenter d’un reversement en C3 ? Le timing serait mauvais


On serait alors tenté de se dire que cet effectif, relativement jeune, a un bel avenir devant lui. Qu’un parcours correct suivi d’un repêchage en Ligue Europa pourrait lui servir d’expérience afin de revenir plus fort et expérimenté par la suite. Mais cela supposerait que Lyon conserve la majorité de ses hommes forts la saison prochaine. Ce qui semble déjà compromis étant donné les déclarations récurrentes de Depay, le départ avorté de Fekir cet été, et la très belle cote d’Aouar ou Ndombele sur le marché. Même s’il n’a rien montré en C1, l’effectif lyonnais est prometteur. Mais il ne restera pas éternellement en l’état et le dernier Mercato a montré à quel point le club rhodanien avait du mal à finaliser les dossiers jugés prioritaires. Autrement dit, il n’est pas sûr que Lyon ait un effectif d’une telle qualité la saison prochaine. Tout cela sans oublier l’impatience d’une frange des supporters lyonnais, qui estiment que « leur » club a perdu son ambition et qui accepteraient difficilement un parcours moyen cette saison, dans un contexte de relations déjà tendues. A Lyon, il y a des airs de « maintenant ou jamais » dans cette quête d’un retour aux premiers rôles -ou au moins aux seconds- en Ligue des Champions. Même si aucun objectif n’a été clairement affiché…

Ligue des champions – première journée des lions : Sadio Mané et Diao Baldé victorieux, Badou Ndiaye voit rouge

Mané et Salah Copyright -AFP
Ce mardi 18 septembre 2018, c’était le début de la première journée de la Ligue des champions en Europe. Plusieurs Sénégalais faisaient leur entrée dans le tournoi, et ils ont connu des fortunes diverses sur le plan individuel. En levée de rideau, l’Inter de Milan de Diao Baldé Keita accueillait le FC Tottenham pour le compte du groupe B. L’international sénégalais et son équipe ont battu sur le fil les Anglais sur le score de 2 buts à 1. Diao Baldé Keita est entré en cour de jeu (72ème minute de jeu). Pour le choc de la soirée entre Liverpool et Paris Saint-Germain, le duel a tourné du côté des Anglais. En effet, les reds ont battu les Parisiens sur le score de 3 buts à 2. Même s’il n’a pas marqué ou fait une passe décisive, Sadio Mané a été omniprésent sur ce match. L’international Sénégalais était intenable face à la défense parisienne. À sa sortie, à la 90ème minute de jeu, l’Anfield s’est levé comme un seul homme pour applaudir son feu follet sénégalais. Dans ce même groupe C, le Napoli de Kalidou Koulibaly a fait match nul face à la modeste équipe du FK Crvena Zvezda. Le défenseur sénégalais a joué tout le match. Dans les autres matchs, le Galatasaray de Pape Alioune Ndiaye a largement dominé le Lokomotiv Moscow (3-0). Le milieu international sénégalais a écopé d’un carton rouge après avoir reçu deux cartons jaunes. Dans ce même groupe, le Shalke O4 de Salif Sané a fait match nul face au Porto. Le longiligne défenseur sénégalais a joué tout le match.

Ligue des Champions - Groupe F : Tout ce qu'il faut savoir sur Manchester City - Lyon

L'OL aura fort à faire dès son entrée en lice en Ligue des Champions mercredi contre Manchester City (21h00), où tout autre résultat qu'une défaite serait considéré comme une réelle performance.

Les trois derniers matchs de Manchester City


15/09/2018 : Manchester City - Fulham (3-0, PL)
01/09/2018 : Manchester City - Newcastle (2-1, PL)
25/08/2018 : Wolverhampton - Manchester City (1-1, PL)

Les trois derniers matchs de Lyon


15/09/2018 : Caen - Lyon (2-2, L1)
31/08/2018 : Lyon - Nice (0-1, L1)
24/08/2018 : Lyon - Strasbourg (2-0, L1)

Les équipes probables


Manchester City : A venir...

Lyon : A venir...

Les groupes


Manchester City : A venir...

Lyon : A.Lopes, Gorgelin, Racioppi - Rafael, Dubois, Tete, Morel, Denayer, Marcelo, F.Mendy - Aouar, Ndombele, Tousart, Ferri, C.Diop, Fekir - Depay, B.Traoré, Cornet, Terrier, M.Dembélé

Les stats à retenir (avec OPTA)





    • Ce sera la toute 1ère rencontre entre Manchester City & Lyon. Aucun club français n’a réussi à s’imposer sur le terrain de City en compétition européenne (1 nul, 2 défaites).

    • Lyon n’a remporté qu’un seul de ses 8 matches face à un adversaire anglais en Ligue des Champions (4 nuls, 3 défaites), c’était face à Liverpool à Anfield en octobre 2009.

    • C’est la 8eme participation consécutive de Manchester City en Ligue des Champions – plus longue série en cours pour un club anglais. Les Citizens ont atteint la phase à élimination directe lors de chacune des 5 dernières éditions.

    • C’est la 15eme participation de Lyon à la Ligue des Champions, plus que tout autre club français. L’OL a atteint la phase à élimination directe de la compétition à chaque reprise entre 2003-04 et 2011-12, mais a échoué au stade des groupes depuis, à 2 reprises (2015-16 et 2016-17).

    • Lyon n’a remporté que 3 de ses 13 dernières rencontres de Ligue des Champions (3 nuls, 7 défaites).

    • Les 5 derniers matches de Lyon en Ligue des Champions n’ont produit que 5 buts (2 buts inscrits, 3 encaissés).

    • Pep Guardiola a atteint le dernier carré de la compétition lors de 7 de ses 9 participations à la Ligue des Champions en tant qu’entraîneur, mais n’a plus pris part à la finale depuis 2011. Il peut remporter la compétition pour la 3eme fois et égaler Zinedine Zidane, Carlo Ancelotti & Bob Paisley.

    • Raheem Sterling a inscrit 8 buts & délivré 6 assists lors de ses 15 dernières titularisations avec Manchester City en Ligue des Champions.

    • Moussa Dembélé a inscrit 3 buts lors de ses 4 premiers matches de Ligue des Champions, mais n’a trouvé le fond des filets qu’à une seule reprise en 6 rencontres depuis.



e179aaafc9682b95af2b052120325c07aaaaaaaaaaaaaaaaaaa