Vous êtes ici :accueil » talents » Fanta Disco Cissoko la Diva de Bamako

Fanta Disco Cissoko la Diva de Bamako

Fanta_Disco_2.jpg

Fanta CISSOKO est née à Bamako de parents tous deux griots : Bakary CISSOKO est un joueur de n’goni très réputé dans tout le Mali et Daba TAMKARA est une chanteuse elle aussi très connue.

Dès l’âge de 15 ans, Fanta chante à l’occasion des cérémonies rituelles et fait sa première apparition à la télévision malienne dans « Rencontre avec nos Artistes », ce programme lui apporte la consécration nationale. De tout le Mali on la demande pour des concerts et des animations.

Certaines vidéos de l’époque sont toujours actuellement diffusées, ces enregistrements font d’ailleurs partie du patrimoine culturel et artistique du Mali.

Sa façon de chanter, son « feeling », étaient très inhabituels pour une Griotte et Fanta a représenté une créativité neuve, moderne dans cet univers Mandingue qui s’inscrit plutôt dans la tradition.

C’est évidemment ces raisons qui lui ont valu le surnom flatteur (dans la perspective des petits Bamakiens de l’époque) de « Fanta Disco » sous lequel elle est désormais reconnue au Mali.

A partir de 1985 Fanta Disco est sollicitée par le gouvernement malien pour chanter lors de plusieurs concerts à l’occasion du Sommet des chefs d’Etats africains.

Après plusieurs participations à de grands concerts avec Salif Keïta.(au Palais de la Culture et au Palais Omnisport de Bamako), Fanta monte son propre groupe avec Diawara Fadiala et Moriba Koïta (n’goni). Diawara est un guitariste virtuose. Il est non seulement un musicien novateur, puisqu’il fut le premier à utiliser la guitare électrique dans la musique (très) traditionnelle mandingue, mais il est aussi un véritable Maître dont le jeu très personnel fait l’admiration de tous et notamment de Papa Wemba et Salif Keïta qui se sont offerts ses services. Avec Diawara, Fanta se met à créer ses propres chansons.

En 1998 Diawara décide de produire son (leur) album avec l’appui de la Société Babytex. Ils enregistrent au Mali une douzaine de titres acoustiques avec le gratin des musiciens maliens. De retour à Paris ils trouvent un partenariat avec Moon Squad Records. Etienne Martinelli leur propose de finaliser leur production sous la Direction Artistique d’Erwan Quinio (ingénieur du son dont les réalisations sophistiquées de musique Afro-métissée se retrouvent fréquemment dans les charts : « Dis leur 2 zouk » et « laisse parler les gens» (Warner), l’album de Slaï (Sony), Magic System (Virgin).

L’idée est de faire des versions plus abouties et plus « modernes » des chansons de Fanta tout en conservant l’instrumentation authentiquement malienne d’origine.

Le résultat est cette surprenante musique qui mélange un style mandingue très pur à des techniques de production actuelles.

Article initialement publié le 1er décembre 2011, mis à jour le 15 avril 2013.

Signature : L.Blot

© 2009-2014 StarAfrica

Revenir en haut de la page