Vous êtes ici :accueil » Interview » Interview – Togo / Halil Malik (Agent FIFA) : « Il y a du potentiel au Ghana et en Côte d’Ivoire »

Interview – Togo / Halil Malik (Agent FIFA) : « Il y a du potentiel au Ghana et en Côte d’Ivoire »

Halil Malik, aux côtés de Felix Magath, entraîneur du VfL Wolfsburg (Bundesliga) / HM

Halil, quel a été ton ressenti général à la suite des différents matches retour des éliminatoires de la CAN 2013 ?
Je n’ai pas noté de grosses surprises, comme lors de la CAN 2012. Et à priori, il ne devrait pas y avoir de grosses surprises. Pour le troisième tour, des équipes comme le Cameroun ou le Nigeria ne vont pas se laisser faire, ils n’auront pas de problème à se qualifier. As-tu été impressionné par une équipe en particulier ?
Oui, l’équipe d’Ouganda m’a surtout impressionné (victoire 4-0 contre le Congo, ndlr). Il y aussi la Centrafrique qui a battu l’Egypte, ça a été une grosse surprise pour tout le monde je pense.
Ces matches internationaux sont-ils un bon moyen pour toi de dénicher de nouveaux talents ?
Pas vraiment. Moi, je me base plus sur les championnats, sur les joueurs évoluant en Europe, et notamment en France. J’ai des partenaires comme Roger Boli, un ancien joueur professionnel de Lens qui est basé à Lille qui me donne des informations sur des joueurs intéressants. Tu ne te déplaces donc pas en Afrique pour suivre les matches entre sélections africaines ?
Je n’ai pas le temps de regarder tous les matches. Je regarde seulement les rencontres qui se jouent en Europe, comme en Belgique ou en France par exemple. Par contre, toujours en collaboration avec Roger Boli qui s’occupe de l’international, on travaille avec un centre de formation en Côte d’Ivoire. Actuellement on est en train de travailler pour créer un partenariat avec le club belge de Lokeren. Je travaille aussi avec Jean-Marc Igouara, basé à Monaco.

Les sites spécialisés dans le sport africain, t’aident-ils à trouver de bonnes infos ?
Oui, je regarde ça parfois quelques minutes. Par ailleurs on est en contact avec des coaches en Côte d’Ivoire, au Sénégal ou au Burkina-Faso qui nous donnent des informations sur les joueurs locaux. Des sites comme Starafrica nous permettent de prendre des informations sur les championnats africains, notamment au Sénégal et au Nigeria. D’après ton expérience, quels sont les championnats africains où il y a le plus de potentiel ?
J’en citerai cinq. Il y a l’Afrique du Sud, le Nigeria et la Côte d’Ivoire, mais aussi le Sénégal et le Cameroun.
Et concernant le championnat du Togo. A-t-on une chance de voir des joueurs locaux évoluer un jour à l’étranger ?
Non, pour le moment je ne crois pas car le championnat n’est pas bien organisé. Ça joue quelques matches et ça s’arrête. Il me semble difficile qu’un joueur du championnat togolais puisse signer un contrat professionnel pour le moment. Il faut s’inspirer d’autres championnats comme celui du Ghana ou de Côte d’Ivoire. Il y a plus de potentiel là-bas, leurs championnats sont bien structurés et le niveau est meilleur. Quelle est la chose la plus difficile à gérer pour un agent FIFA, lorsqu’on a un joueur sous contrat ou qui cherche un club ?
Si par exemple, un joueur ne joue pas dans son club, il faut bosser 24 heures sur 24 pour lui trouver un autre club. Mais c’est très difficile, car si le joueur ne joue pas dans son club, même s’il a de bonnes qualités, pour lui trouver un autre club, ça devient compliqué. Pour finir, travailles-tu encore avec Gervinho depuis son départ pour Arsenal ?
Pour le moment non, et ce, depuis qu’il a signé à Arsenal. Mais auparavant, on avait négocié pour lui auprès du Bayern avec Olivier Tchakan, un ami camerounais qui travaille aussi pour moi.

à propos de l'auteur

nombre d'articles : 9972

© 2009-2014 StarAfrica

Revenir en haut de la page