ul>
Vous êtes ici :accueil » international » Syrie: Deraa, Idleb et Homs sous le feu

Syrie: Deraa, Idleb et Homs sous le feu

Des observateurs de l'ONU à Sirmin, dans la province d'Idlib le 15 mai 2012 (© 2009 AFP)

Les troupes syriennes ont mené mercredi des opérations meurtrières dans plusieurs régions du pays, notamment dans les provinces de Deraa (sud) et Idleb (nord-ouest), ainsi qu’à Homs (centre), où elles sont accusées d’avoir perpétré un nouveau « massacre ».

Le président syrien Bachar al-Assad a affirmé dans un entretien à une chaîne de télévision russe que les législatives du 7 mai, marquées par un boycott de l’opposition et une participation de 51,26%, avaient montré que les Syriens soutenaient son régime face à l’opposition et aux « terroristes ».

Alors que la révolte est entrée dans son 15e mois, la répression et les combats ont fait encore 27 morts mercredi, selon un bilan de l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH), malgré la présence de plus de 200 observateurs de l’ONU chargés de surveiller un cessez-le-feu proclamé il y a plus d’un mois mais complètement ignoré.

Dans ce contexte, le quotidien Washington Post, citant des responsables américains et étrangers, a rapporté que les Etats-Unis aidaient à coordonner l’arrivée d’armes en Syrie à destination des rebelles, sans toutefois leur fournir ce matériel.

M. Assad a accusé l’opposition de recevoir « des armes et de l’argent » de différents pays étrangers. Il a déploré que les pays occidentaux ne parlent que de la « violence de la part du gouvernement, jamais un mot sur les terroristes ».

Il s’en est pris en particulier à la France, disant espérer une inflexion avec le nouveau président socialiste François Hollande — mais Paris a de nouveau condamné « avec la plus grande vigueur les nouveaux assassinats perpétrés par les forces du régime syrien contre leur propre peuple ».

Le médiateur international Kofi Annan « va venir ce mois-ci en Syrie et je vais lui demander des explications », a déclaré M. Assad.

Selon l’agence officielle syrienne Sana, 250 personnes arrêtées pour des faits liés à la révolte en cours ont été libérées mercredi. Outre l’arrêt des violences, le plan Annan prévoit la libération de toutes les personnes détenues dans ce cadre, qui sont encore 25.000 selon l’OSDH.

Au moins 27 personnes ont été tuées mercredi à travers le pays, dont 15 civils « sommairement exécutés » dans la nuit de mardi à mercredi par les forces du régime syrien lors de l’assaut du quartier Chammas à Homs, a rapporté l’OSDH, dénonçant « un nouveau massacre ».

Parmi ces victimes, un imam sunnite, cheikh Merai Zakrit qui, selon l’OSDH, « était aimé de tous, des sunnites et des alaouites et même des chrétiens » et « appelait à l’unité nationale ».

Dans le reste du pays, cinq personnes ont péri dans la province de Deraa, et l’armée a tué cinq civils à Khan Cheikhoune, dans la région d’Idleb, selon l’OSDH.

« Les gens dans les zones bombardées ont si peur qu’ils ont tenté de s’enfuir vers des endroits plus sûrs de la ville », affirme à l’AFP Abou Hammam, un militant anti-régime à Khan Cheikhoune.

Dans cette ville, un convoi d’observateurs de l’ONU a été visé mardi par une attaque alors qu’ils étaient à proximité de funérailles, elles-mêmes visées par un raid des forces gouvernementales qui a fait 20 morts selon l’OSDH.

L’opposition syrienne avait accusé le régime de l’attaque, qui a endommagé leur véhicule.

Les six observateurs, restés bloqués dans la ville pendant la nuit, ont regagné mercredi leur base à Hama (centre), a indiqué l’ONU.

« Ils sont restés avec nous. Ils nous ont demandé si nous pouvions les emmener dans un endroit sûr hors de Khan Cheikhoune, mais ce n’était pas possible car la ville est encerclée par les troupes du régime », a déclaré Abou Hammam. Ils ont « vu la mort de leurs propres yeux », a-t-il commenté.

Il s’agit du deuxième incident grave impliquant des observateurs de l’ONU chargés de surveiller l’application de la trêve négociée par M. Annan.

Téhéran, principal allié de Damas, a estimé mercredi qu’il fallait « donner du temps » au régime pour appliquer le plan de M. Annan, qui avait sommé le gouvernement syrien d’autoriser sans plus tarder l’ONU à porter secours à plus d’un million de Syriens.

Au Liban, six Libanais dont un soldat ont été blessées mercredi à Tripoli dans de nouveaux affrontements entre pro et anti-Damas, selon un responsable de la sécurité. De précédents affrontements avaient fait neuf morts entre samedi et lundi.

En 14 mois, plus de 12.000 personnes ont été tuées en Syrie, en majorité des civils, selon l’OSDH. Des dizaines de milliers de Syriens se sont en outre réfugiés dans les pays voisins.

Le Comité contre la torture de l’ONU s’est inquiété mercredi d’informations « faisant état de torture systématique » en Syrie: exécutions sommaires, arrestations systématiques de blessés dans les hôpitaux, irruption des forces de sécurité dans des foyers de civils dont elles ont battu ou tué des membres, femmes et enfants inclus, torture de détenus, etc.

Damas a répondu à ce comité en estimant qu’entre mars 2011 et mars 2012, les troubles avaient fait 6.144 morts, dont 478 policiers et 2.088 membres des forces armées et de sécurité, et 941 disparus.

Signature : DAMAS (AFP)

© 2009-2014 StarAfrica

Revenir en haut de la page