Vous êtes ici :accueil » économie » Ouverture à Addis-Abeba du Forum économique mondial

Ouverture à Addis-Abeba du Forum économique mondial

Goodluck Jonathan (Nigeria) faisait partie des chefs d'Etat présents.

Cliquez ici pour regarder en direct les débats (en anglais) du Forum économique mondial ! Huit dirigeants africains et plusieurs centaines d’hommes d’affaires venus du monde entier ont assisté jeudi à Addis-Abeba, la capitale éthiopienne, à l’ouverture officielle du 22e Forum économique mondial (FEM). Après la cérémonie d’ouverture, les participants ont abordé les grands défis liés aux investissements en Afrique.

Au cours des débats, certains participants ont déclaré qu’en dépit des grandes opportunités offertes aux investisseurs et des économies à croissance rapide sur le contient africain, il y a encore d’importants défis à relever par l’Afrique elle-même.

Le manque de capitaux, la question du financement de l’entreprenariat, l’instabilité politique et le manque d’informations, ainsi que la corruption sont identifiés comme étant les défis majeurs aux investissements en Afrique.

Malgré tout, sur les dix économies à plus forte croissance dans le monde, sept sont africaines, dont l’Ethiopie.

L’Ethiopie, le Ghana, le Nigeria, l’Angola, la RD Congo, le Libéria, entre autres pays ont des taux de croissance économique de plus de 6% depuis quelques années.
Elsie Kanza, responsable Afrique au Forum économique mondial
Les participants au forum ont indiqué que les progrès économique enregistrés en Afrique au cours des dix dernières années étaient encourageants, un fait reconnu par tous, même s’il subsiste de sérieux problèmes à résoudre, relativement aux investissements.

Les participants ont également réaffirmé qu’il y avait énormément d’opportunités d’investissement et de création d’emplois pour des millions d’Africains.

Le Président de la Banque africaine de développement (BAD), Donald Kaberuka, qui prenait part aux débats du forum, a mis l’accent sur la croissance économique notée en Afrique, malgré les nombreux défis et la crise économique en Europe.

Selon la BAD, la production en Afrique devrait augmenter cette année de 4,8% (5,8%, à l’exception de l’Afrique du Sud) et de plus de 5% en 2012 et 2013.

La banque a par ailleurs indiqué que la Ghana devrait enregistrer cette année, un taux de croissance de loin supérieur à 10% et environ 40% des pays de la région pourraient atteindre des taux de l’ordre de 6% ou même plus.

L’Ethiopie, pays hôte, table également sur une croissance économique de plus de 10% en 2012.

Cependant, les institutions financières internationales, tels que la Banque mondiale et le FMI estiment que le taux d’inflation actuel va affecter les prévisions de croissance et les ramener à 7%.

Mais l’Ethiopie souligné qu’elle va atteindre ses objectifs, malgré son inflation, qui est passé de 32% à 29% au cours du mois écoulé.

Des experts participants au forum estiment quant à eux que la croissance en Afrique reste étroitement liée à l’évolution des cours mondiaux des produits, comme l’huile, les métaux et les productions agricoles non alimentaires.

Signature : DT/daj/fss/of/APA

© 2009-2014 StarAfrica

Revenir en haut de la page