nav>
Vous êtes ici :accueil » tech » les régulateurs d’Afrique centrale planchent sur le passage au numérique au Gabon

les régulateurs d’Afrique centrale planchent sur le passage au numérique au Gabon

L’Association des régulateurs de télécommunications de l’Afrique centrale (ARTAC) a organisé, le 22 juin 2012, un atelier à Libreville, au Gabon, pour examiner la question de l’harmonisation des fréquences dans les pays membres de cette structure. Les pays d’Afrique centrale, comme d’autres, se préparent à migrer de la télévision analogique à la télévision numérique. Le processus doit s’achever en juin 2015.

L’objectif de la réunion de Libreville était de permettre à chaque Etat de confirmer son choix, en tenant compte des interférences et de l’influence sur les pays frontaliers. Selon le secrétaire permanent de l’ARTAC, Julien Bara Azao, cité par l’Agence gabonaise de presse, «pour qu’on arrive à une bonne qualité, il faut d’abord faire le bon choix des fréquences. C’est pourquoi il a été important que l’ARTAC organise cette réunion d’harmonisation des fréquences des pays de la sous-région, parce que le problème de fréquences se pose aussi bien à l’intérieur du pays qu’au niveau des frontières».

Mis sur pied en 2004 à Yaoundé, au Cameroun, qui en abrite le siège, l’ARTAC regroupe, le Cameroun, la Centrafrique, le Congo Brazzaville, le Gabon, le Tchad, le Burundi et la RD Congo.

Signature : ECOFIN

© 2009-2014 StarAfrica

Revenir en haut de la page