Vous êtes ici :accueil » international » Les Français votent pour départager Nicolas Sarkozy et François Hollande

Les Français votent pour départager Nicolas Sarkozy et François Hollande

Les portraits de François Hollande et Nicolas Sarkozy affichés le 5 mai 2012 à l'ambassade de Saint-Domingue (© 2009 AFP)

Le scrutin du second tour de la présidentielle, où 46 millions de Français sont appelés à voter, s’est ouvert à 08H00 dimanche en métropole, sous un ciel souvent gris, pour départager les deux finalistes, le sortant UMP Nicolas Sarkozy et le socialiste François Hollande, alors que la participation s’annonce forte.

Premier des deux à s’exprimer, François Hollande a voté vers 10H30 dans son fief de Tulle, en Corrèze. Le candidat socialiste, qui était accompagné de sa compagne Valérie Trierweiler, a pris le temps de serrer des mains et d’embrasser quelques connaissances avant de pénétrer dans le bureau de vote.

Comme au premier tour, Nicolas Sarkozy devait voter en fin de matinée dans un lycée du XVIe arrondissement de Paris.

François Bayrou, le président du MoDem, a voté à Pau dès l’ouverture du bureau, et Jean-Luc Mélenchon, l’ex-candidat du Front de Gauche, à 10H00 pile dans une école du Xe arrondissement de Paris.

Les bureaux de vote sont ouverts en métropole de 08H00 à 18H00 dans la plupart des communes, et jusqu’à 19H00, voire 20H00, dans les grandes villes, en particulier à Paris et dans presque toute la région parisienne.

Plus d’un million de personnes résidant en outre-mer ou à l’étranger ont voté dès samedi. Les derniers bureaux de vote fermeront à 20H00.

Selon les premiers pointages, la participation à 17H00 locales était en hausse de trois à six points en Polynésie, Guadeloupe et Nouvelle-Calédonie. A 12H00 locales, elle était de 28,01% à La Réunion, contre 21,83% au premier tour. Déjà élevée, avec 79,48% au plan national au premier tour, la participation est traditionnellement plus importante au second tour. Mais elle ne devrait pas atteindre cette année le niveau de 2007, 83,97%, alors qualifié de très élevé.

« Qui ? », « L’heure du choix », « C’est le jour J »: les quotidiens dominicaux titraient de façon lapidaire sur ce second tour, après une campagne jugée très longue qui a en fait commencé avec les primaires socialistes à l’automne 2011.

Jusqu’à la dernière minute, les candidats ont appelé les abstentionnistes à se mobiliser en leur faveur.

Au premier tour, le 22 avril, François Hollande est arrivé en tête avec 28,63% des voix contre 27,18% pour Nicolas Sarkozy. Après une campagne de second tour très âpre dominée par la crise économique, l’enjeu majeur réside dans le report des voix qui se sont portées sur le centriste François Bayrou (9,13%) et la candidate Front national Marine Le Pen (17,90%). Les suffrages dont avait bénéficié Jean-Luc Mélenchon (FG, 11,10%) semblaient acquis à François Hollande.

Si ce dernier l’emportait, il deviendrait le deuxième président socialiste de la Ve République, après François Mitterrand qui a fait deux mandats entre 1981 et 1995. Nicolas Sarkozy, qui avait gagné en 2007 face à la socialiste Ségolène Royal, serait alors le deuxième président à ne pas voir son mandat renouvelé par les Français, après Valéry Giscard d’Estaing, battu en 1981 par François Mitterrand.

A l’inverse, une réélection de Nicolas Sarkozy contrasterait avec la situation prévalant dans plusieurs pays européens, où les gouvernements ont dû céder la place sous l’effet de la crise économique et financière.

C’est à 20H00 que sera levée l’interdiction de publier ou diffuser, notamment sur internet, des sondages, estimations, résultats ou commentaires.

Craignant que des organes de presse, comme au premier tour, ne violent la loi, les autorités de contrôle ont rappelé les règles du jeu et prévenu que des sanctions seraient prises en cas d’infraction.

Au premier tour, plusieurs médias étrangers avaient brisé l’interdiction de diffusion d’estimations avant 20H00. Considérant que ce qui s’apparentait à un embargo était rompu, l’Agence France-Presse avait alors décidé de publier à son tour, pour ses seuls clients médias, les chiffres des grands instituts de sondage.

Signature : Jean-Louis PREVOST PARIS (AFP)

© 2009-2014 StarAfrica

Revenir en haut de la page