ul>
Vous êtes ici :accueil » politique » Le 4eme Forum des marchés africains émergents endosse la vision 2050 du continent

Le 4eme Forum des marchés africains émergents endosse la vision 2050 du continent

APA

Copyright : APA

Le 4eme Forum des marchés africains émergeants qui s’est achevé samedi soir à Abidjan, a endossé la vision 2050 pour l’Afrique, élaborée dans le cadre du rapport ‘’Afrique 2050 : Réaliser tout le potentiel du Continent », en réponse à une demande de la 5ème réunion ministérielle conjointe de l’Union Africaine et de la Commission économique des Nations-Unies pour l’Afrique tenue en mars 2012. ‘’Etant donné l’importance de l’industrie extractive dans un nombre élevé et croissant de pays africains, il est crucial pour ces pays de mobiliser une part plus grande de dividendes des ressources minières afin de les transformer en capital humain, physique et financier pour l’avenir », stipule la déclaration d’Abidjan.

Dans ce contexte, ajoute le texte ‘’les participants au 4ème Forum des marchés africains émergeants saluent la déclaration du G8 de Lough Erne relative à l’évasion fiscale et la transparence, particulièrement, lorsqu’elle s’applique à l’industrie extractive ».

Les pays du G8 se sont récemment engagés à partager de façon systématique l’information entre les autorités fiscales, à divulguer l’information sur les propriétaires, sur les profits des compagnies et soumettre les trusts à l’impôt et aux organismes d’application de la loi.

Le G8, s’engageant à travailler avec les pays riches en ressources minières pour les aider à mieux gérer les revenus issus de cette industrie dans l’optique de trouver une autre voie pour éradiquer la pauvreté et la dépendance à l’aide, avait également annoncé des progrès vers des normes communes de déclaration globale pour rendre les paiements des industries extractives, plus transparents.

Pour le Forum des marchés africains émergeants, la déclaration du G8 offre une grande opportunité aux pays développés et ceux en voie de développement de travailler ensemble, particulièrement dans la lutte contre l’évasion fiscale. Les pays en développement devront prendre les mesures pour promouvoir la transparence dans les contrats relatifs à l’industrie extractive.

Les participants au Forum ont par ailleurs appelé les gouvernements africains, notamment les ministres des finances à s’engager avec le G8 afin de coordonner des actions visant à réduire l’évasion fiscale, minimiser les flux illicites et améliorer la transparence.

‘’Cet engagement est requis pour, à la fois mobiliser les ressources nécessaires au développement économique et permettre à la population de demander aux gouvernements et aux entreprises de rendre compte », conclu la déclaration de la capitale économique ivoirienne.

Procédant à la clôture de ce Forum, le Ministre d’Etat, Secrétaire général de la présidence ivoirienne, Amadou Gon Coulibaly a déclaré au nom du Chef de l’Etat Alassane Ouattara que la ‘’réalisation de la vision Afrique 2050 impose aux dirigeants africains des mesures vigoureuses, à l’effet d’assainir les finances publiques et d’améliorer la gouvernance fiscale ». Ces mesures doivent se situer selon lui, à trois niveaux : national, continental et mondial.

Outre l’évasion fiscale, constate M. Ouattara, cité par Gon coulibaly, la question du commerce inéquitable est aussi  »lancinante ».

‘’La vision de l’Afrique à l’horizon 2050 ne doit pas rester lettre morte. Elle doit être réalisée dans l’intérêt de tous les africains surtout des générations à venir », a ajouté Alassane Ouattara, s’engageant en sa qualité de Président en exercice de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) à mobiliser ses pairs de l’Afrique de l’Ouest autour de cette vision et de la soumettre à l’Union Africaine.

Après Rabat en 2008 et Cape-Town en 2009, c’est la troisième fois que l’Afrique accueille les travaux du Forum des marchés africains émergents ou Emerging Markets Forum (EMF), cette prestigieuse plateforme de rencontres et d’échanges entre les économies émergentes.

Les anciens présidents tanzanien, Benjamin Mkapa et allemand, Horst Koehler, et Michel Camdessus, ex-Directeur général du Fonds monétaire international (FMI) ont participé à ce Forum d’Abidjan.

Au nombre des experts qui y ont également participé, figurent Abdoulie Janneh, Président de l’Institut de la Gouvernance Africaine, Directeur Exécutif de la Fondation Mo Ibrahim et Ancien Secrétaire Exécutif de la Commission Économique des Nations Unies pour l’Afrique.

Il y a eu en outre Edem Kodjo, Président et Fondateur de la Fondation Pax Africana et ancien Premier Ministre du Togo ainsi que Roger Boa Johnson, Président de l’association des Sociétés d’Assurance et Directeur Général d’Axa Assurance.

Raila Odinga, ancien Premier Ministre du Kenya et Tertius Zongo, ancien Premier Ministre du Burkina Faso, sont également intervenus à ce Forum.

© 2009-2014 StarAfrica

Revenir en haut de la page